FAUST NOCTURNE
Théâtre musical - O. PY / L. GINOUX / B. LAMARCHE & C. BRUMACHON

Pas encore de playlist pour ce spectacle

FAUST NOCTURNE
Théâtre musical - O. PY / L. GINOUX / B. LAMARCHE & C. BRUMACHON
Déjà le titre en dit long : « nocturne » nimbe le personnage d’une couleur sombre, tout en soulignant la période du crépuscule de la vie. Faust ne retrouvera pas sa jeunesse, ses réflexions sont celles d’un vieillard qui a beaucoup vécu et tombe dans le vide et dans la Mort. Le Faust d’Olivier Py est aux antipodes du Faust de Goethe. Avec Goethe, Faust échappe à la damnation, Marguerite le sauve, l’éternel féminin attire vers le haut. Dans le
Lire la suite
FAUST NOCTURNE
Théâtre musical - O. PY / L. GINOUX / B. LAMARCHE & C. BRUMACHON
A partir du
10 nov 2020
Prix: 
De 30€ à 65€
Mise en scène: 
Brumachon / Lamarche
Duree: 
1h20
RESERVER

FAUST NOCTURNE

Déjà le titre en dit long : « nocturne » nimbe le personnage d’une couleur sombre, tout en soulignant la période du crépuscule de la vie. Faust ne retrouvera pas sa jeunesse, ses réflexions sont celles d’un vieillard qui a beaucoup vécu et tombe dans le vide et dans la Mort. Le Faust d’Olivier Py est aux antipodes du Faust de Goethe. Avec Goethe, Faust échappe à la damnation, Marguerite le sauve, l’éternel féminin attire vers le haut. Dans le Faust d’Olivier Py, l’éternel féminin est remplacé par une homosexualité crapuleuse et sado-masochiste.

L’œuvre met l’accent sur un retour sur soi, sans illusion, le bilan d’une vie d’échecs et d’impostures, une vision du monde cynique et désabusée.

L’amour est mensonge et la mort elle-même n’est plus ce qu’elle était, passant de la laudation du défunt à l’insignifiance. La vie, le ciel et le monde sont vides. L’existence est un jeu stérile.

Et pourtant, dans un paradoxe ultime, sous les traits d’Ariel, génie aérien dans La Tempête de Shakespeare, par-delà la mort, le sourire et l’amour triomphent de la mort. La pièce se clôt par une longue tirade lyrique de Faust exaltant la Beauté. Ariel apporte du bleu au ciel. Il incarne la beauté telle que la voit le vieux Faust dans le corps d’un adolescent.


« Les dernières heures d'un Faust qui a trop aimé ; il ne lui reste plus que sa chambre, un manuscrit inédit, le jeu des miroirs obscurcis et un ancien amant, Grand Malheur, devenu rabatteur. Ce dernier lui amène un ultime réconfort en la personne d'Ariel, jeune prostitué roumain .

Faust nocturne est une sorte de variation à partir des thèmes développés dans Les Vainqueurs…

Ce n'est pas seulement un vieux Faust mourant qui parle, c'est une civilisation entière qui s'arrange de sa mort et rêve de voir encore la première lumière de son règne. La Renaissance avait ouvert l'ère de la littérature, l'Histoire trouvait en Gutenberg la confirmation de sa perspective, le monde entrait dans les mots, perdait la réalité première, l'éblouissement originel qui l'avait fait sortir du paradis. Mais on pouvait faire un récit de cette belle catastrophe, de ce grand malheur de la littérature, consolatrice du désenchantement du monde. Tout est clos.

Alors, dans l'agonie de l'Occident, viendra peut-être ce jeune homme si pur et si exact qu'il a la force de nous rappeler que nous n'appartenons pas à l'Histoire mais à notre histoire, et qu'un dernier théâtre nous le murmure ».        

Olivier Py

 

« Je suis parti sur un Faust nocturne sang, cuir et matière brute. Il me semble que le parti-pris est radical. Le rapport Faust-Grand Malheur est tout de provocation, d’agression et de tendresse mêlées, une sensualité à fleur de peau. Ariel me parait l’instrument libérateur de ce vieux couple qui se déchire et s’aime autour d’un succès passé-présent. Cela fait miroir déformant à ce que l’on peut vivre en tant qu’artiste dans le système actuel qui piédestalise et démolit les émergences… Ce Faust nocturne sera traversé par la chair, le rose fuchsia le latex, le bruit des corps, la déchéance, l’impasse de l’existence et son absurdité, des danses de peaux palpitantes, de désir d’ailleurs. Chercher les libertés sans les contraintes ».                

Claude Brumachon  (Juin 2020)

 

Distribution

Mise en scène, scénographie, costumes, lumières : Claude Brumachon et Benjamin Lamarche / Cie Sous la peau

Réalisation lumières : Ludovic Pannetier

Supervision musicale : Robert Tuohy

Chanteurs : Nicolas Cavallier,  Jérôme Boutillier, Camille Schnoor,  Julien Dran, Thibault de Damas, Cécile Galois, Ambroisine Bré

Danseurs : Steven Chotard, Martin Mauriès, Cristian Hewitt

Comédiens :  Adrien Ledoux, Raphaël Mena, Léonce Pruvost 

 Musiciens :  violons : Albi Binjaku,  Jelena Eskin / alto : Estelle Gourinchas / violoncelle : Julien Lazignac / Piano : Elisabeth Brusselle

 

Dossier d'accompagnement

Télécharger

Mise en scène: 
Brumachon / Lamarche
Dates: 
Mardi, 10 novembre, 2020 - 19:00
Jeudi, 12 novembre, 2020 - 19:00
Lieu: 
Grande salle
Prix: 
De 30€ à 65€
Duree: 
1h20
Categorie: 
Lyrique

TéléchargerDocumentation

Nouvelle production de l'Opéra de Limoges, en coproduction avec la Compagnie Sous la peau

•• Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des spectateurs ••