FINLANDIA
Sibelius | Saariaho
Paused...
01:18
  • >
    Peer Gynt Suite No. 1, Op. 46 : Peer Gynt Suite No. 1, Op. 46: I. Morning Mood
  • >
    Peer Gynt Suite No. 2, Op. 55 : Peer Gynt Suite No. 2, Op. 55: IV. Solveig's Song
  • >
    Finlandia, Op. 26 : Finlandia, Op. 26
  • >
    Valse triste, Op. 44 : Valse triste, Op. 44
FINLANDIA
Sibelius | Saariaho
Un pays s’est construit, par sa mythologie, sa musique, sa vision du monde.
Lire la suite
FINLANDIA
Sibelius | Saariaho
A partir du
Prix: 
de 35 € à 14 €
Duree: 
1h30
RESERVER

FINLANDIA

Un pays s’est construit, par sa mythologie, sa musique, sa vision du monde.

L’Europe de la fin du XIXe siècle est marquée par la fascination du Moyen-Âge. Du préraphaélisme anglais à la mythologie wagnérienne, les artistes et les compositeurs puisent dans les grandes histoires et les grands mythes de l’imaginaire populaire pour créer une musique à la fois originale et familière.

La mort de Mélisande
La pièce de Maurice Maeterlinck, Pelléas et Mélisande (1893), a été comme un grand coup frappé sur la table littéraire de cette période complexe qui fait cohabiter Emile Zola avec André Gide. L’histoire de cette jeune femme en larmes trouvée dans une forêt qui finira par succomber devant l’impossibilité de l’amour a inspiré à Sibelius, en même temps que Debussy, Fauré et Schönberg, une suite symphonique en neuf tableaux dont « la Mort de Mélisande » est certainement le plus poignant.

Quatre instants pour soprano et orchestre
« Attente », « Douleur », « Parfum de l’instant », « Résonnances ». Ces quatre instants de la compositrice finlandaise Kaija Saariaho et du librettiste Amin Maalouf montrent quatre facettes de l’amour, dans un texte que le sens décloisonne. Quatre instants, certes, mais aussi une lente progression, de l’amour voulu à l’amour perdu.

Sibelius : Valse triste, Kuolema, En saga, Finlandia
Quatre instants à nouveau, quatre épisodes de la vie quotidienne et mythologique de la Finlande de la charnière entre XIXe et XXe siècles : le pays cherche à se donner une identité en puisant musicalement dans son passé.
Kuolema (« La mort ») est une musique de scène : destinée à accompagner la pièce d’Arvid Järnefelt, cette suite de six pièces s’ouvre avec la Valse triste, dont le lyrisme intime l’amène à souvent être jouée seule et qui met en scène le rêve mortel de la mère du héros. Les six tableaux de Kuolema montrent l’errance du héros, sa rencontre avec une femme avec qui il fondera une école, et sa mort dans un incendie.
Il y a de la beauté dans ces thèmes profondément noirs : « En Saga est l’expression d’un état d’esprit. Je venais de subir un certain nombre d’expériences douloureuses et je ne me suis jamais dévoilé autant que dans ce travail. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas y chercher une explication littéraire. »
Ce concert aura décidément couronné tous les aspects de la musique de Sibelius : Finlandia, hymne non officiel de la Finlande, est une célébration d’une exubérance orchestrale flamboyante. Tour à tour dramatique et exultant, ce poème symphonique a représenté la Finlande à l’exposition universelle de Paris en 1900. 

Jean Sibelius
La mort de Mélisande

Kaija Saariaho
Quatre instants pour soprano et orchestre

Jean Sibelius
Valse triste
Kuolema
En saga
Finlandia 

Distribution

Ernest Martinez-Izquierdo, direction
Mia Huhta, soprano 

Dates: 
Tuesday, 30 May, 2017 - 20:00
Public: 
Tout public
Lieu: 
Salle
Prix: 
de 35 € à 14 €
Duree: 
1h30
Categorie: 
Symphonique

Écouter & regarder

00:00